Cet article est FREEMIUM, et nécessite une connexion pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 3 min

En Octobre 2018, la Food and Drug Admistration (FDA) s’interrogeait sur l’augmentation de la prévalence et la gravité de l’allergie au sésame dans le pays et lançait une demande d’informations et une consultation publique sur le sujet (voir notre article USA : la FDA envisage l’étiquetage du sésame en tant qu’allergène). A date, le sésame ne fait pas partie des 8 allergènes majeurs dont l’étiquetage est obligatoire selon le Food Allergen Labeling and Consumer Protection Act (FALCPA).

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de la Northwestern University sur plus 50 000 foyers américains montre que la prévalence de l’allergie serait désormais de 0.49% dans la population américaine, soit 1.5 million d’enfants et d’adultes, et donc en augmentation par rapport à l’estimation précédente datant d’une dizaine d’années qui relevait une prévalence autour de 0.1%. L’allergie au sésame serait désormais la neuvième allergie alimentaire la plus fréquente aux USA selon l’American Academy of Allergy, Asthma, and Immunology.

La FDA n’a pour le moment pas pris de mesure sur l’étiquetage du sésame en tant qu’allergène au niveau national, mais l’état de l’Illinois a lui pris les devants en étant le premier état des Etats-Unis à rendre obligatoire son étiquetage. En effet, depuis le 26 juillet dernier, le Gouverneur de l’Illinois a légiféré, amendant le Illinois Food, Drug and Cosmetic Act. par le Public Act 101-0129. Cette nouvelle loi rend obligatoire pour les aliments préemballés de signaler la présence du sésame en tant qu’ingrédient sur les étiquetages. Cette mesure de l’Illinois pourrait inciter la FDA à ajouter le sésame à la liste des allergènes majeurs à étiqueter au niveau national.