Cet article est FREEMIUM, et nécessite une connexion pour lire la suite

Je me connecte

Temps estimé - 3 min

Manon Leverrier. D’après l’Académie nationale de Pharmacie, le 12 décembre 2018

L’Académie nationale de Pharmacie (AnP) est l’instance consultative qui fait autorité dans le domaine des médicaments, dispositifs médicaux et tout autre produit de santé. Elle a rendu dernièrement un rapport public au sujet des compléments alimentaires contenant des plantes du fait de quelques contradictions avec l’arrêté du 24 juin 2014 concernant la liste des plantes autorisées dans les compléments alimentaires . Un groupe de travail a donc examiné la liste et analysé la sécurité sanitaire des plantes et extraits de plantes autorisés.

Les auteurs soulignent que les produits à base de plantes sont loin d’être anodins, certains peuvent provoquer des effets indésirables notamment laxatifs (aloès, bourdaine, cascara, rhubarbe et séné). De plus, des mésusages sont fréquemment observés, les consommateurs considérant moins dangereux les compléments alimentaires que les médicaments du fait de l’utilisation de plante (voir aussi la RDP du 8 février 2019). L’académie demande une révision des réglementations à ce sujet et d’exclure de la liste les plantes n’ayant aucun effet nutritionnel ou alimentaire et/ou qui présentent un danger pour les utilisateurs. Elle souhaite également que soient pris en compte l’ensemble des mises en garde formulées par les agences sanitaires nationales, européennes et internationales comme l’EMA ou la FDA dans la partie « observations » de l’Arrêté, en particulier concernant les interactions médicamenteuses et les contradications.

De façon plus général, l’Académie de pharmacie regrette que dans certains cas, les contraintes économiques soient plus importantes que les considérations de sécurité : elle souligne notamment que le délai de deux mois laissé à la DGCCRF pour valider la mise sur le marché d’un complément alimentaire notifié semble insuffisant pour s’assurer de la sécurité du produit pour le consommateur.

 

Pour aller plus loin : Rapport de l’Académie nationale de Pharmacie “Les compléments alimentaires contenant des plantes”