Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 4 min

Mis en place en France en 2017 (voir Article du 7 novembre 2017), le Nutri-score est adopté par de plus en plus de pays et d’entreprises (Nestlé, Kellogg’s…). Le Nutri-score se base sur un système de calcul de points, prenant en compte les teneurs en nutriments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes) et ceux à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel). A la suite du calcul, une lettre de A à E (du plus au moins favorable du point de vue nutritionnel) est attribuée au produit.Cependant, ce système présente certaines limites. En effet, FEDIOL (Association européenne de l’industrie des huiles végétales et des tourteaux d’oléagineux) met en évidence que le mode de calcul actuel du Nutri-score n’est pas avantageux pour les huiles. Bien qu’il existe un mode de calcul spécifique aux matières grasses, celui-ci n’est pas adapté aux huiles végétales car il ne permet pas réellement de discriminer deux huiles végétales entre elles. En effet, c’est le ratio « acides gras saturés sur matières grasses totales » qui est pris en compte au lieu de la teneur en matières grasses seule. Cela signifie que les matières grasses animales, riches en acides gras saturés, obtiennent des scores plus défavorables que celles d’origine végétale, mais cela ne permet pas réellement distinguer une huile avec un profil intéressant en acides gras polyinsaturés (comme l’huile de noix ou de noisette), qui va recevoir un score de C, d’une huile moins vertueuse du point de vue nutritionnel, comme l’huile d’arachide classée D.

FEDIOL souhaite donc que le système du Nutri-score soit revu et soit mis en adéquation avec les recommandations nutritionnelles de l’OMS qui vise à favoriser les huiles riches en acides gras polyinsaturés. Pour cela, il est nécessaire que le système prenne en compte le profil en acides gras des différentes huiles végétales. Cela permettrait d’attribuer un score de « B » ou « C » aux huiles les plus riches en acides gras polyinsaturés qui sont celles à favoriser.

Pour temporiser le point de vue de la FEDIOL, il est toutefois utile de rappeler que le Nutri-score sera toujours plus défavorable aux matières grasses animales (classées D ou E), y compris pour les crèmes allégées, qu’à une huile végétale. Enfin, le Nutri-score fait déjà la part belle aux huiles de colza, d’olive et de noix en les intégrant dans le calcul de la composante positive au même titre que les fruits, légumes et légumineuses.

Source : https://www.foodnavigator.com/Article/2020/01/29/Nutri-Score-FEDIOL-proposes-Nutri-Score-upgrade-to-promote-healthy-fats#

Visuel : http://jusdolive.fr/breve-nutri-score-les-huiles/