Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 4 min

Une étude publiée le 15 juillet par deux chercheurs de l’University of Sussex aux UK remet en cause l’impartialité de l’Efsa dans son évaluation datée de décembre 2013 sur la sécurité de l’aspartame pour la consommation humaine.

En effet, les auteurs de l’étude ont analysé la section 3.2 de l’avis Efsa portant sur les données toxicologiques de l’aspartame. Ils affirment que malgré l’existence de nombreuses études montrant que la consommation d’aspartame est liée à un risque accru de dommages cérébraux, cancers du foie et des poumons, lésions cérébrales et troubles neuroendocriniens, l’Efsa a exclu ces risques et a conclu dans son avis de 2013 que l’aspartame est sûr.

Ainsi, l’aspartame est aujourd’hui autorisé comme additifs alimentaires dans de nombreuses catégories alimentaires telles que certains produits laitiers, les glaces, les fruits et légumes en conserve, les confitures et gelées, les confiseries, les chewing-gums, les céréales pour petit-déjeuner, les produits de boulangerie fine, les poissons et produits de la pêche, les soupes, les boissons et certaines boissons alcoolisées, les desserts…

Dans leur étude, les deux chercheurs relèvent que l’Efsa a exclu de son analyse les 73 études montrant un effet néfaste de l’aspartame, alors que 62 des 81 études ne montrant pas de preuve suffisante d’effet néfaste ont été incluses. De plus, ils affirment que la majorité des 73 études rejetées étaient beaucoup plus robustes que la plupart des études qui ne montraient aucun risque lié à l’aspartame.

Les auteurs suggèrent que l’avis de l’Efsa aurait été influencé par des conflits d’intérêts d’ordre commercial ou institutionnel. Ils demandent ainsi une réévaluation indépendante de la sécurité de l’utilisation de l’aspartame et la suspension de la vente d’aspartame en Europe en attendant un nouvel avis scientifique. L’Efsa a réagi en rappelant que son évaluation de l’aspartame résultait d’un examen approfondi des études disponibles et qu’il avait fait l’objet de diverses consultations.

L’avis Efsa de 2013 sur l’aspartame reste aujourd’hui la référence scientifique la plus fiable sur l’innocuité de l’aspartame, mais cette nouvelle étude de l’University of Sussex vient semer le trouble quant à l’impartialité de l’Efsa.

 

Référence : EFSA’s toxicological assessment of aspartame: was it even-handedly trying to identify possible unreliable positives and unreliable negatives?