Cet article est FREEMIUM, et nécessite une connexion pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 3 min

A l’occasion du congrès annuel de la Société de Pédiatrie qui a eu lieu du 19 au 21 juin 2019, le Centre National Interprofessionnel de l’Économie Laitière (CNIEL) est revenu sur le comportement alimentaire des adolescents.

La dernière étude du Credoc (voir article du 26 avril 2019) rapportait une baisse de la consommation de calcium et de nouvelles habitudes alimentaires chez les jeunes enfants, qui pouvaient s’expliquer notamment par un petit-déjeuner de moins en moins pris par ces derniers, une baisse de la consommation de lait lors du premier repas de la journée, mais également par un désengagement des parents.

Globalement, une baisse de la diminution de la diversité alimentaire des enfants et adolescents est observée : faibles consommations de fruits et légumes (45 % des enfants de 3 à 17 ans consommeraient moins de 2 portions par jour), éviction des produits carnés, une augmentation de la part des produits ultra-transformés… Le CNIEL estime que cette baisse est préoccupante car elle intervient à un âge où les besoins en calcium sont importants et où les habitudes alimentaires s’installent. 

Le CNIEL insiste notamment sur les enfants pratiquant un sport en compétition car l’alimentation doit être d’autant plus équilibrée et variée pour couvrir les besoins énergétiques et protéiques spécifiques.

De plus, les adolescents peuvent être tentés de suivre des régimes d’exclusion comme par exemple le végétalisme. Or, ces régimes conduisent à des carences nutritionnelles en vitamine B12, mais également de moindres apports de fer, vitamine D, calcium et DHA. Ils peuvent entraîner des conséquences neurologiques (troubles psychiatriques, retard intellectuel…) et osseuses (augmentation du risque de fracture).

Le CNIEL conclut avec un rappel sur l’importance d’une “alimentation responsable et équilibrée associée à une activité physique quotidienne”.