Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 4 min

La méfiance des consommateurs envers les additifs s’est exacerbée ces dernières années, accentuée en partie par les applications nutritionnelles les pointant du doigt. Un rapport de novembre 2019 de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) montre que 90 % des Français privilégient les produits sans additif. Les industriels doivent alors changer leurs recettes afin de répondre à cette nouvelle attente. Le magazine spécialisé LSA publie un dossier sur le sujet en posant la question : « Jusqu’où aller dans la chasse aux additifs ? »

De nombreux produits sans additif sont apparus sur le marché passant de 13,7 % à 18,3 % en une dizaine d’années, d’après l’étude de l’Oqali (voir Article du 28 novembre 2019). Les industriels et les distributeurs souhaitent être plus transparents auprès des consommateurs et leur proposer le plus de produits « clean label » possibles. C’est le cas par exemple d’Intermarché, qui a pour objectif de supprimer 140 additifs (colorants, nanoparticules, glutamate…) de 900 références avant la fin de l’année 2020. Herta a également étendu sa gamme de charcuteries sans nitrite avec ses nouvelles saucisses de Strasbourg.

Cependant, le magazine rappelle que la guerre aux additifs a ses limites. En modifiant leurs recettes, les industriels doivent faire face à certaines contraintes. La suppression des additifs a un impact sur les qualités organoleptiques des produits et également sur leur conservation. Il est alors primordial pour les industriels de choisir les bons substituts afin de maintenir les caractéristiques attendues du produit, sans employer une substance avec des effets plus néfastes que l’additif concerné. Ces modifications de recettes engendrent des coûts importants pour les industriels qui ne sont pas forcément prêts à investir sur ces travaux.

Les consommateurs, quant à eux, peuvent avoir des attentes paradoxales : dans l’idéal, les produits doivent être sans additifs mais inchangés. Les additifs jouant un rôle particulier dans le produit, leur retrait implique des changements. Il est alors important de communiquer plus sur les additifs et d’expliquer leurs rôles aux consommateurs, l’éducation du consommateur est un point clé.

Sources : https://www.lsa-conso.fr/jusqu-ou-aller-dans-la-chasse-aux-additifs,338156 ; https://www.lsa-conso.fr/l-avenir-radieux-des-produits-sans,338121

Visuels : Pixels ; www.lsa-conso.fr