Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 3 min

Après une 1ère question posée début février à la CE à propos de l’encadrement règlementaire du terme « détox », l’ex-eurodéputé Philippe Juvin a réinterrogé la Commission et va plus loin en demandant cette fois-ci une interdiction du terme « détox » qui est selon lui trompeur pour le consommateur car il suggère que la consommation d’un aliment réduirait le risque de maladie.

Dans sa réponse à la 1ère question, la CE avait confirmé que « le terme «détox» désigne une fonctionnalité ou un effet implicite sur la santé » et qu’ainsi « il relève du champ d’application du règlement sur les allégations nutritionnelles et de santé ». En Europe, aucune allégation de santé sur la détoxification n’a été acceptée à ce jour malgré plusieurs demandes soumises auprès de l’Efsa. Seules quelques allégations sur des substances végétales et leurs propriétés détoxifiantes sont actuellement en attente et bénéficient donc de mesures transitoires leur permettant sous conditions une utilisation sur le marché européen.

Dans sa nouvelle réponse du mois de juin, la CE maintient sa position et confirme à nouveau que bien que le terme « détox » ne soit pas explicitement mentionné dans le règlement sur les allégations, il est bien régi par la législation européenne. La CE indique également qu’elle n’adoptera pas de mesure spécifique pour l’encadrement du terme « détox ».

 

Source : https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-8-2019-001948-ASW_FR.html, le 31/07/19