Cet article est FREEMIUM, et nécessite une connexion pour lire la suite

Je me connecte

Temps estimé - 3 min

Manon Leverrier. D’après DSM, le 31 Janvier 2019

Malgré la tendance florissante des régimes alimentaires végétariens et végétaliens, nombreuses sont les personnes qui ont du mal à se passer de viande ou de produits provenant d’animaux. Bon pour la santé et l’environnement, le flexitarisme vise une consommation plus raisonnée de protéines animales dans l’alimentation.

En ce sens, DSM vient de publier une étude menée auprès de 2 500 consommateurs en Europe et aux États-Unis. Ce rapport confirme que les consommateurs cherchent à intégrer davantage d’aliments végétaux dans leur alimentation et indique que la moitié d’entre eux ayant réduit leur consommation de viande, l’avait fait de manière inconsciente.

Du fait de l’abondance de substituts aux produits d’origine animale présents dans les supermarchés ainsi qu’une volonté de choix du consommateur, ce type de régime alimentaire est en pleine expansion. Les bénéfices santé et la durabilité pour l’environnement renforcent cette tendance.

Cependant les efforts doivent être maintenus par les industriels, 43% des consommateurs réduisant les laitages avouant ne pas aimer le goût ou la texture des alternatives proposées. Pour ceux qui réduisent leur consommation de viande, un tiers souhaiterait des alternatives au goût et au profil nutritionnel similaire.

Enfin le rapport révèle des différences sur le plan régional, en France, 73 % des personnes interrogées aimeraient voir apparaître de nouveaux labels indiquant les produits alternatifs sains, tandis qu’au Royaume-Uni, ils sont 73 % à être satisfaits des alternatives disponibles. De leur côté, les Allemands sont difficilement influençables et 48% ont déclaré que les promotions ou le marketing n’altéraient pas leur choix.
Pour en savoir plus DSM