Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 3 min

L’impact des publicités sur les choix alimentaires et par voie de conséquence sur la santé des enfants est l’un des principaux sujets en termes de santé publique, au niveau mondial (voir notre article à ce sujet la semaine dernière).

En France, cette question a été débattue lors des Etats généraux de l’Alimentation en 2018/2019 et considérée comme un enjeu majeur du nouveau PNAN. Dans ce cadre, le Gouvernement se félicite ces derniers jours de la signature d’une nouvelle charte alimentaire par les acteurs de l’audiovisuel et de la publicité, sous l’égide du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) : la « Charte 2020-2024 visant à promouvoir une alimentation et des comportements favorables à la santé dans les programmes audiovisuels et les publicités ».

Applicable depuis le 1er février 2020, cette charte engage à la fois les chaînes de télévision, les régies publicitaires, les producteurs et les annonceurs dans une politique globale de réduction de l’exposition des enfants aux communications commerciales audiovisuelles relatives à des denrées alimentaires ou des boissons non favorables à l’équilibre alimentaire. Parmi les engagements pris :

  • l’encouragement à la présence des repères nutritionnels, notamment du Nutri-Score dans les messages des annonceurs et à leur prise en compte dans le parrainage d’émissions ;
  • le renforcement des obligations de programmes relatifs à une alimentation saine et durable, en volume et en qualité d’exposition ;
  • l’élargissement du périmètre de la charte aux acteurs radiophoniques, à la publicité extérieure et aux acteurs numériques ;
  • l’élaboration d’un dispositif d’évaluation de la pertinence et de l’effectivité des engagements pris.

Le CSA évaluera chaque année l’efficacité de cette charte vis-à-vis de l’exposition des enfants (évaluation transmise au CNA et au Parlement) et pourra par la suite formuler des recommandations.

Pour accéder à l’ensemble de la Charte, c’est ici.