Cet article est FREEMIUM, et nécessite une connexion pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 5 min

snackL’association de consommateurs Que Choisir a consacré son dossier du mois de mai aux aliments ultra-transformés, en conseillant « Evitez-les ! ». Le dossier rappelle que les consommateurs se tournent vers des aliments ultra-transformés comme les plats préparés, les céréales du petit déjeuner ou encore les biscuits industriels. Leur attractivité réside notamment dans leurs caractéristiques :  faciles à utiliser, prêts à l’emploi et présentent des dates de conservation longues. Ils sont également appréciés par les consommateurs pour leur goût, leur texture et leur couleur, ainsi que pour leur emballage attractif

Au début de son dossier, Que Choisir commence par évoquer les nombreuses études scientifiques qui soupçonnent qu’une consommation importante de ce type de produits aurait des impacts négatifs sur la santé, en augmentant le risque de développer des pathologies chroniques telles que des maladies cardiovasculaires, du diabète, des cancers et de l’obésité. Au vu de ces conséquences, Santé publique France recommande de diminuer l’emploi des aliments ultra-transformés et d’augmenter le fait-maison (voir Article du 30 avril 2020).

Afin d’aider les consommateurs à identifier les produits alimentaires à éviter, Que Choisir met en avant plusieurs indicateurs : les produits ultra-transformés possèdent des listes d’ingrédients longues composées de substances qu’on ne trouve pas dans sa cuisine comme des additifs, des arômes, des isolats de protéines ou encore du sirop de glucose-fructose. Ces produits contiennent également des quantités importantes de sucre, de sel et de graisse. En effet, 86 % des aliments ultra-transformés possèdent un Nutri-Score E et 68 % sont notés D.

Tout comme le Nutri-Score est un score reflétant la qualité nutritionnelle d’un produit, des scores classant les produits selon leur niveau de transformation, notamment NOVA et SIGA. La notation NOVA classe les produits en 4 groupes : aliments bruts ou peu transformés, ingrédients issus de matières brutes par transformation simple (pressage, séchage…), aliments transformés et aliments ultra-transformés. Afin d’affiner cette classification, un autre système nommé SIGA a été également mis en place et divise ces 4 catégories en 7 groupes plus détaillés.

L’association de consommateurs relève toutefois des limites à ces scores, et leur interprétation peut rester assez complexe pour les consommateurs. Les classifications NOVA et SIGA se basent uniquement sur la liste d’ingrédients et ne prennent pas en considération toutes les étapes de fabrication du produit. Le Nutri-Score quant à lui évalue seulement les valeurs nutritionnelles. Des incohérences peuvent alors apparaître entre ces différents systèmes de notation. Un produit noté A en Nutri-Score peut obtenir un indice NOVA de 4 ou SIGA de 5, 6 et 7.

Enfin, des comparaisons entre deux produits d’une même catégorie sont faites pour illustrer la notion d’ultra-transformation.

Ces systèmes sont de plus en plus employés par les industriels et les distributeurs. Cela montre leur volonté de satisfaire les nouvelles demandes des consommateurs en proposant des produits plus sains et plus naturels

Source : Que Choisir n°591 Mai 2020 p.16-21

Visuel : https://newsmedia.tasnimnews.com/Tasnim/Uploaded/Image/1398/07/18/1398071811030992818626614.jpg