Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 3 min

Carine DION. D’après Eur J Nutr. (2019)

Les recherches expérimentales chez les rongeurs ont considérablement contribué à notre compréhension actuelle de l’importance des interactions entre le microbiome intestinal et le cerveau pour l’expression des neurotransmetteurs, le développement neurologique et le comportement. Cependant, les preuves cliniques de telles interactions sont encore rares. L’étude de Bagga et al. (2019) a pour but d’étudier les effets de l’administration d’un probiotique multi-souches pendant 4 semaines, sur la connectivité fonctionnelle et structurelle du cerveau chez des sujets sains. Ainsi 45 volontaires ont été divisés en 3 groupes : probiotique (7.5 × 106 CFU/g de plusieurs souches bactériennes : Lactobacillus casei W56, Lactobacillus acidophilus W22, Lactobacillus paracasei W20, Bifidobacterium lactis W51, Lactobacillus salivarius W24, Lactococcus lactis W19, Bifidobacterium lactis W52, Lactobacillus plantarum W62 and Bifidobacterium bifidum W23), placebo et contrôle. Tous les participants ont subi une IRM fonctionnelle à l’état de repos et une IRM cérébrale par diffusion au cours de l’étude, au début et au bout de 4 semaines.

Les résultats montrent que l’administration d’un probiotique multi-souches module le comportement et se traduit par des modifications de la connectivité fonctionnelle chez des volontaires en bonne santé. Cette étude motive les recherches futures sur le rôle des probiotiques dans le contexte de la dépression majeure et des troubles de stress.

 

Bagga D, Aigner CS, Reichert JL, Cecchetto C, Fischmeister FPS, Holzer P, Moissl-Eichinger C, Schöpf V. Influence of 4-week multi-strain probiotic administration on resting-state functional connectivity in healthy volunteers. Eur J Nutr. 2019 Aug ; 58(5):1821-1827.