Cet article est FREEMIUM, et nécessite une connexion pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 3 min

Le 8 août, le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) a publié son rapport portant sur le changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres et la sécurité alimentaire. 

Dans la section dédiée à la sécurité alimentaire, le rapport souligne que le changement climatique affecte directement la disponibilité, l’accès, l’utilisation et la stabilité des aliments. En effet, les rendements sont à la baisse entraînant notamment une hausse des prix et une perturbation de l’approvisionnement. De plus, on observe une réduction de la qualité des nutriments. Une telle situation ne semble pas viable pour nourrir les 9,8 milliards de personnes prévus en 2050. C’est pourquoi, le GIEC appelle à repenser notre système alimentaire.

Le rapport met en évidence le fait que certains aliments requièrent une plus grande utilisation de terre et d’eau et émettent plus de gaz à effet de serre que d’autres. Aussi, la co-présidente du groupe de travail II du GIEC, Debra Roberts précise que « les régimes alimentaires équilibrés riches en aliments d’origine végétale tels que les céréales […],légumineuses, fruits et légumes, et les aliments d’origine animale produits de façon durable dans des systèmes à faible émission de gaz à effet de serre offrent de bonnes possibilités d’adaptation aux changements climatiques et de limitation de ces changements ».

Par ailleurs, le rapport rappelle qu’un tiers des aliments produits sont perdus ou gaspillés. Or, le gaspillage alimentaire est source de nombreuses émissions de gaz à effet de serre. Une diminution de ces pertes aiderait considérablement le climat.

Enfin, concernant la sécurité alimentaire, le rapport évoque également la nécessité d’une exploitation plus durable des terres en favorisant notamment la bioénergie.


Source : Rapport du GIEC, le 8 août 2019.
Crédit visuel : Photo by Maciej Ostrowski on Unsplash