Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 2 min

L’eurodéputée française Joëlle Mélin a interrogé en février dernier la Commission européenne sur la classification NOVA pour les produits alimentaires. Pour rappel, ce système permet de classer les aliments du moins au plus transformé (groupe 1 à 4), en prenant en compte l’utilisation d’additifs et le nombre d’ingrédients utilisés (voir nos articles précédents sur le sujet).

Pour cette députée, NOVA a l’avantage d’évaluer les produits dans leur globalité et non seulement sur la base de quelques nutriments comme le fait le Nutri-Score.

Par le biais de Mme Kyriakides, la Commission européenne a répondu qu’elle n’avait “pas connaissance du fait que la classification NOVA a été utilisée au sein de l’UE afin d’informer les consommateurs“. D’autre part, “la Commission examinera de nouvelles façons de mieux informer les consommateurs sur des aspects spécifiques, tels que la valeur nutritionnelle des denrées alimentaires” dans la stratégie “Farm to fork” (F2F) présentée fin mai dans le cadre du “pacte vert” européen.