Cet article est FREEMIUM, et nécessite une connexion pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 4 min

Les consommateurs sont de plus en plus attirés par une alimentation flexitarienne, végétarienne voire végane, pour des raisons de santé principalement. Les aliments d’origine végétale sont souvent vus comme plus sains que ceux d’origine animale. Cependant, les plats préparés à base de végétaux ne sont pas toujours synonymes de plats sains. Selon une étude d’Action on Salt, les repas végétariens proposés dans les restaurants, fast-foods et cafés, ainsi que les plats à emporter, contiennent une quantité considérable de sel. Cela a été observé pour 290 repas servis dans 45 structures différentes. Environ 3 repas sur 5 possèdent une teneur en sel de 3 grammes au minimum, soit la moitié de l’apport journalier maximal en sel fixé par l’OMS. Les plats végétariens contiennent également trop de graisses saturées, comme c’est le cas pour 1 plat sur 5, qui fournit plus de la moitié de l’apport journalier maximal pour un adulte.  Les restaurateurs ne fournissant pas les informations nutritionnelles de leurs plats, il est difficile pour les consommateurs d’évaluer la qualité nutritionnelle de ce qu’ils consomment.

 

Action on Salt indique qu’il est alors essentiel que les chaînes de restaurants affichent les valeurs nutritionnelles des plats qu’elles servent, et même qu’elles proposent un système de code couleur sur leurs menus.  Selon l’étude, si ce système était appliqué, plus de 4 repas végétariens sur 5 auraient une note rouge avec une teneur en sel élevée de plus de 1,8 grammes pour un repas seulement. Il est donc indispensable que les industriels revoient leurs recettes et réduisent considérablement la teneur en sel de leurs plats végétariens. Cela représente un nouveau challenge pour la recherche et développement dans ce secteur qui est en pleine croissance. De nombreuses nouvelles recettes végétariennes peuvent s’inspirer des cuisines du monde, telles que celle du Moyen-Orient, de la Méditerranée ou encore du Mexique, qui sont riches en protéines végétales. Il est possible également d’employer des épices et des herbes afin de réduire la quantité de sel contenue dans les plats végétariens.

Source : The salty truth about out-of-home meals risks plant-based consumer backlash

Visuel : https://c1.staticflickr.com/5/4252/35209024816_f5d80894d7_z.jpg