Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 4 min

Céline Le Stunff.

À l’occasion des 2èmes Assises de l’Industrie Alimentaire organisées le 20 mars 2008, l’ANIA, en partenariat avec Deloitte, a commandé auprès de TNS SOFRES un sondage exclusif ayant pour but d’évaluer l’état d’esprit des consommateurs français vis-à-vis du secteur agro-alimentaire et leur rapport personnel à l’alimentation.

Il en ressort que près de 4 Français sur 5 jugent qu’une alimentation variée, saine et équilibrée est le comportement le plus important pour préserver sa santé.

Une majorité de Français adopte une posture de responsabilité individuelle et est consciente que l’obésité est une pathologie multifactorielle. Selon eux, elle est en effet d’abord imputable à une alimentation déséquilibrée, à un mode de vie sédentaire et à la défaillance des parents et ce, loin devant la publicité pour les produits dits gras et sucrés.

Près de 8 Français sur 10 sont globalement confiants vis-à-vis des entreprises de l’alimentaire, qui garantissent la sécurité des produits. Au-delà de la sécurité, l’offre alimentaire se distingue par sa variété (92% de satisfaits), la facilité de préparation et de conservation des aliments (86%), le goût des produits alimentaires (75%), la qualité des ingrédients (74%), la valeur nutritionnelle des produits (72%) et l’information données sur les étiquettes (70%).

Dans un contexte d’augmentation sans précédent du prix des matières premières, le seul bémol à la satisfaction générale concerne les prix. Critère préalable à tout acte d’achat, le prix est aujourd’hui l’élément auquel les Français sont le plus attentifs (c’est la préoccupation principale pour 78% d’entre eux).

Enfin, les consommateurs se sentent très concernés par les engagements de l’industrie alimentaire en matière de développement durable et de responsabilité sociale. Bien que le prix soit un facteur clé, un produit fabriqué localement en France, dans le respect de l’environnement, des préoccupations sociales et des droits des salariés remportera la préférence des Français, du moins si l’on se fie à leurs déclarations !

En définitive, le « bon », le « bien », le « sain » et « le juste manger » ressortent de ce sondage comme les piliers d’une consommation alimentaire de plus en plus responsable et réfléchie de la part des Français.

Pour en savoir plus : [url@http://www.ania.net/ania/ressources/documents/2/45E9H2Qfz9E7yP7dupXoX078.pdf ]CLIQUER ICI[/url]