Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 3 min

En 2015, le taux d’obésité croissant au Mexique avait incité le gouvernement à mettre en place un étiquetage nutritionnel en devant de pack afin d’encourager ses citoyens à faire de meilleurs choix alimentaires. Les matières grasses (entre autres saturées), les sucres totaux, le sodium et l’énergie (kcal) étaient ainsi affichés par portion et par poids net. L’étiquette indiquait également, pour chaque nutriment, des pourcentages basés sur les repères nutritionnels journaliers.

Source : COFEPRIS

Toutefois, en raison d’une difficulté de compréhension de ce système, une forme plus simple d’étiquetage était en cours de discussion. Début octobre 2019, la chambre des députés mexicaine a finalement adopté une réforme du système d’étiquetage des produits alimentaires industriels.

La nouvelle loi mexicaine a pris en compte les recommandations de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et a été soutenue par plus de 11 organisations nationales et internationales de santé.

Cette nouvelle loi se base sur le modèle d’étiquetage chilien et prévoit des messages d’avertissement à l’avant des produits qui dépassent des teneurs maximales pour les nutriments suivants : sodium, sucre, acides gras saturés ou trans et calories.

Dénommées « octogones », les étiquettes contiendront la mention « excès de sodium/sucre/acide gras saturés/acides gras trans/ calories ». La loi s’applique par ailleurs à tous les aliments industriels et aux boissons non alcoolisées. Ces mentions sont indépendantes de l’étiquetage du contenu nutritionnel sous forme de tableau.

Un délai de 60 jours, à compter de la publication du texte le 11 octobre 2019, a été fixé pour les commentaires.