Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 3 min

D'après la CLCV, mars 2019

Après avoir réalisé une étude en 2016 sur les produits à base de poissons (rillettes, surimi, panés…), la CLCV rend publique son enquête sur 42 produits de la catégorie poisson panés dont 16 étaient présents dans l’étude de 2016. Avec des produits au rayon surgelé ou au rayon frais, l’offre de poissons panés est si importante qu’il est parfois difficile de faire son choix, en particulier pour les parents, puisque la cible principale de ces produits est celle des enfants. La CLCV rapporte ainsi pas moins de 5 défauts majeurs dans la constitution de ces différents produits panés, avec en premier lieu un écart considérable dans la quantité de poisson : 

  • Quantité de poisson : des proportions qui varient de 35 à 80 % selon les recettes, avec en moyenne 63 % de poisson mis en oeuvre ; la qualité du poisson est aussi variable, selon qu’il s’agisse de filet ou de miettes de poissons ;
  • L’information donnée au consommateur reste incomplète : l’origine du poisson ou la méthode de pêche sont rarement mentionnées ;
  • Qualité nutritionnelle : attention au sel dans certains produits qui peuvent apporter jusqu’à 100 % des apports journaliers recommandés avec une seule portion ; la CLCV regrette l’absence de Nutri-Score sur ces produits, puisque seules 2 références sur 42 l’affichent ;
  • Trop d’additifs, d’arômes et de sucres ajoutés, avec en moyenne près de 4 additifs par produit ;
  • Produits enfants : moins de poisson, moins de filets entiers (le plus souvent, sous forme de chair) et une moins bonne qualité nutritionnelle avec des produits généralement plus caloriques, plus gras et plus salés.

En conclusion, la CLCV invite les fabricants à faire l’effort d’apposer le Nutri-Score sur leurs produits, afin de favoriser des choix alimentaires plus sains, et recommande aux gestionnaires de cantines scolaires de comparer les produits avant de les proposer aux enfants, cette offre étant un indémodable de la restauration scolaire.

Visuel : Pixabay