Cet article est PREMIUM, et nécessite un abonnement payant pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 2 min

Clarisse Lemaitre. D'après ec.europa.eu, octobre 2018

Les acides gras trans industriels sont considérés par la majorité des instances de santé comme un facteur de risque de maladies cardiovasculaires. C’est notamment le cas de l’Efsa qui a récemment réaffirmé ce rôle délétère pour la santé.

Pour protéger les consommateurs européens, la Commission européenne n’avait donc pas d’autre choix que de légiférer sur le sujet, les acteurs industriels peinant à s’auto-réguler. La CE vient de publier un projet de règlement modifiant l’annexe III du règlement (CE) n°1925/2006 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les acides gras trans autres que ceux naturellement présents dans les graisses animales pour le consommateur final.

Principaux éléments de la proposition :

  • Une limite maximale des acides gras trans industriels, dans les aliments destinés au consommateur final, de 2 g pour 100 g de matières grasses
  • Définitions de “matières grasses” et de “‘acides gras trans” conformes aux définitions figurant à l’annexe I du règlement (CE) n°1169/2011 (Inco)
  • Les denrées alimentaires non conformes pourront continuer à être mises sur le marché jusqu’au 1er avril 2021.

Les parties prenantes peuvent consulter le projet de texte (en anglais) et soumettre leurs commentaires jusqu’au 1er novembre, en utilisant ce lien.