Cet article est FREEMIUM, et nécessite une connexion pour lire la suite

Je m’identifie

Temps estimé - 4 min

Dans ce contexte de crise sanitaire, une période de confinement a été imposée à la population française depuis le 17 mars 2020. Cela implique notamment une restriction des déplacements, des activités sportives hors domicile et des sorties en plein air. Ce manque d’exposition à la lumière peut entraîner un déficit en vitamine D qui est apportée de deux façons à l’organisme : de manière exogène, par l’alimentation, et endogène, grâce à la synthèse par la peau exposée au soleil. Or, cette vitamine est indispensable à l’organisme car elle participe à renforcer les os, les défenses immunitaires et permet de lutter contre la fatigue et certaines maladies (cancers, maladies cardiovasculaires…). Une carence en vitamine D peut engendrer une réduction de la masse osseuse qui augmenterait le risque de fracture. Ce risque est d’autant plus élevé chez les personnes âgées, sédentaires, les femmes ménopausées ainsi que chez les personnes aux peaux mates et foncées, chez qui la synthèse de la vitamine D via le soleil est moins importante. L’Anses recommande alors de surveiller ses apports en vitamine D durant toute l’année, et surtout en cette période de confinement, dans laquelle l’exposition au soleil est moindre et les activités physiques sont restreintes.

L’agence rappelle que la vitamine D peut être apporter à l’organisme soit par des aliments riches en vitamine D soit par l’exposition au soleil. Afin de couvrir ses apports en cette vitamine, il est essentiel de consommer quotidiennement et avec modération des aliments gras comme des œufs, des produits laitiers, de la viande, du beurre et du fromage. Il est également préconisé d’intégrer à son alimentation deux portions de poissons par semaine dont une portion de poisson gras tel que du saumon, du hareng, du maquereau ou encore des sardines. En parallèle, l’Anses précise l’importance de s’exposer au soleil dans la mesure du possible 15 à 20 minutes par jour.  

Par ailleurs, l’agence indique que l’emploi de compléments alimentaires à base de vitamine D n’est souhaitable que sur prescription médicale. En effet, un excès de vitamine D peut entrainer des complications, telles qu’une calcification des tissus, des problèmes cardiaques et rénaux, via une élévation du taux de calcium dans le sang. L’alimentation riche en vitamine D et le soleil sont donc à privilégier.  

Source : https://www.anses.fr/fr/content/confinement-assurer-un-apport-suffisant-en-vitamine-d-gr%C3%A2ce-%C3%A0-l%E2%80%99alimentation 

Visuel : https://www.tablicakalorija.com/wp-content/uploads/2015/11/vitamin-d-u-hrani.jpg